mardi 28 mai 2013

Mon hommage personnel à Georges Moustaki



Jeudi dernier, 23 mai, le grand chanteur français d'origine greco-egyptienne Georges Moustaki, est mort à l'âge de 79 ans. Sur ma mémoire retournaient les vers de sa grande chanson Le Facteur: "Le jeune facteur est mort, il n'avait que 17 ans". Je la refais et je dis: "Le vieux Georges est mort, il n'avait que 79 ans". En fait, il était vieux, mais ses chansons sont restées dans la mémoire d'une génération qui, nous, nous avons aimé sa musique et grâce à elle nous avons aussi appris à aimer la langue française.
Je ressens la mort de Moustaki comme celle de quelqu'un de très proche. Je ne parlerai pas ici de sa carrière ou de sa biographie, on peut chercher n'importe où ces informations-là qui ont apparu partout. depuis jeudi dernier. Je rends mon hommage personnel à un artiste qui m'a fait aimer le français et la poésie de ses paroles. Je rends hommage aussi à mes professeurs de français au lycée qui m'ont fait découvrir des artistes comme Moustaki, Brassens, Maxime Le Forestier et bien d'autres et qui ont élargi ma vision du monde et de la musique.
Malheureusement, je ne suis pas arrivé à provoquer le même sentiment entre mes élèves qui ont accueilli la plupart avec indifférence l'hommage que j'ai voulu lui rendre en cours. Peut-être nous appartenons à des générations différentes. C'est pour ça que je publie ça, peut-être qu'un jour ils arrivent à découvrir Moustaki.
Je vous laisse, lecteurs de ce blog, un recueil des plus émouvantes, au moins pour moi, chansons de Georges Moustaki. Il y en a bien d'autres et je vous encourage à les découvrir.
Disfrutadlas como yo lo he hecho tantas veces. Os dejo también el podcast que el programa de Radio 3 El Hexágono, dedicó  a Moustaki con motivo de su muerte.



Le Meteque est peut-être sa chanson la plus connue et elle est devenue presque un hymne. Le même Moustaki en a fait des versions dans des langues comme l'espagnol, l'italien ou le portugais. À côté du Météque, je vous propose d'écouter Le Facteur, Ma liberté, L'homme au coeur blessé, Ma solitude et la très émouvante Déclaration.


3 commentaires:

  1. À toi aussi. Vous avez fait un grand Hexagone sur Moustaki.

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de pudeur et de tendresse. A la hauteur du personnage pour lequel je partage bien des choses parmi celles que vous écrivez. Merci

    RépondreSupprimer